Accueil Blog notes

Soutien passif
Mardi, 31 Janvier 2017 14:12

J’ai défendu Manuel Valls, c’est Benoit Hamon qui a gagné. Ma position dans la présidentielle sera désormais celle d’un soutien passif.

Soutien : car notre candidat a été choisi clairement au terme d’une primaire régulière. Il est donc désormais celui qui va porter les couleurs du Parti Socialiste qui est ma famille politique depuis plus de 40 ans. Je suis loyal à cette famille.

Passif : car je ne ferai pas une campagne active sur des propositions que je n’approuve pas. Je ne les dénigrerai pas non plus car elles sont celles de celui qui va incarner les socialistes durant la campagne électorale. Je n’irai pas sur des estrades pour défendre ce à quoi je ne crois pas mais je ne m’interdirai pas d’être dans une salle où d’autres exposeront le programme présidentiel de Benoit Hamon.

En fait j’adopterai la même position qu’au moment des débats de 2005 sur le Traité Européen. J’avais défendu le non mais quand mon parti a choisi le oui je me suis abstenu de tout commentaire négatif comme de toute promotion d’une approbation que les électeurs français ont, eux aussi, d’ailleurs rejeté !

Ce n’est pas la première fois que ma famille politique, le PS, traverse une crise. Ma position, comme toujours, sera loyauté, fidélité et liberté !

Et ensuite, aux législatives, je ferai un soutien actif, fort et convaincu au remarquable candidat, et député je l’espère, que sera Michaël Quernez.

 
Primaires citoyennes - soutien à Manuel Valls
Vendredi, 27 Janvier 2017 15:40

Le second tour des Primaires Citoyennes dimanche prochain est décisif pour l’avenir de la France. Nous avons fait le choix de soutenir Manuel Valls qui représente une gauche qui assume ses responsabilités et qui porte un projet crédible de transformation de la société. Cette gauche peut et doit gagner en mai prochain. Manuel Valls l’incarne pour faire évoluer la société au service de la justice sociale et des valeurs de la République.
Il a centré son projet réaliste autour de défis majeurs auxquels notre pays est confronté : la refondation de l’Europe, une société du travail en soutenant les PME-TPE, un revenu minimum décent sous conditions de ressources pour les jeunes et les plus précaires d’entre nous, l’amélioration du pouvoir d’achat avec la défiscalisation des heures supplémentaires et la baisse d’impôts pour les classes moyennes et populaires, la transition écologique porteuse d’emplois durables, une attitude déterminée face aux dangers du communautarisme par le respect des principes fondateurs de la laïcité.
Des réponses efficaces et crédibles : voilà le projet que Manuel Valls porte pour la France.
Aussi, nous, élu(e)s du territoire, engagé(e)s dans la vie publique et citoyenne, appelons les électrices et les électeurs à se mobiliser dimanche et à voter pour Manuel Valls.

Signataires :
Gilbert Le Bris, député,
Louis Le Pensec, ancien ministre,
Gaël Le Meur, conseillère régionale,
Muriel Le Gac, conseillère départementale,
Claude Jaffré, conseiller départemental,
Nicole Ziegler, conseillère départementale,
Olivier Bellec, maire de Trégunc,
Jacques François, maire de St Yvi,
André Fraval, maire du Trevoux,
Jérôme Le Bigaut, adjoint au maire de Clohars-Carnoët,
Sébastien Miossec, maire de Riec sur Belon,
Bernard Pelleter, maire de Mellac,
Michaël Quernez, maire de Quimperlé.

 
L'"inauguration" de Donald Trump
Mercredi, 25 Janvier 2017 17:15
20-01-2017J’étais à l’ «inauguration» de Donald Trump.
L’ «inauguration» est un terme de langue anglaise qui correspond chez nous à investiture.
J’étais donc à Washington en ce 20 janvier 2017 pour assister à l’entrée en responsabilité des USA du vainqueur des élections. Ce n’est pas par admiration des qualités du nouveau locataire de la Maison Blanche car D. Trump représente plutôt ce que je n’aime pas en politique : cynisme, mensonges et démagogie. J’y étais pour représenter la France dans la délégation de l’AP Otan et avoir, au-delà de la cérémonie protocolaire, des premiers contacts avec la nouvelle administration en charge de la Défense et de l’Alliance Atlantique.
Il y avait foule certes de gens pro-trump mais moins que pour l’investiture de Obama et bien moins que la foule des « bonnets roses » du lendemain, venue pour la « marche des femmes » en protestation contre ce qu’est et ce que veut faire le nouveau président. J’ai entendu à ce propos, et sur les bilans quantitatifs des manifestants, le porte-parole de D.Trump proférer des mensonges lors de sa première conférence de presse : ça commence bien !
Au Capitole, sur les lieux mêmes d’où s’exprimait le tout nouveau président, j’ai cherché à comprendre, avec des sénateurs et représentants du peuple américain, ce qu’allait être la nouvelle direction donnée à la politique étrangère américaine. Au-delà des mots du discours, simplistes et caricaturaux, que l’on peut résumer (par : rien n’a été fait avant moi et désormais les Etats-Unis ne s’occuperont que d’eux-mêmes) il y aura le poids des réalités et de l’Administration au sens politique et bureaucratique du terme.
Il n’en demeure pas moins que nous rentrons dans une grande période d’incertitude, reconnue par les conseillers eux-mêmes.
 
Revue de presse : Le Point
Samedi, 10 Décembre 2016 12:50

"Quand l'Europe se couche devant Erdogan" : Article du Point qui revient sur l'Assemblée générale de l'Assemblée parlementaire de l'Otan en Turquie en novembre dernier : cliquez ici

 

 
Elections présidentielles américaines
Jeudi, 10 Novembre 2016 14:40
Communiqué de Gilbert Le Bris , Député , Président de la délégation française à l'AP OTAN .

La victoire de Donald Trump aux USA est une entrée dans l'inconnu .

Ce vote populaire , qui n'implique aucune contestation , est un véritable "pied de nez" aux "installés" ( establishment , pouvoirs publics , médias...). C'est aussi un vote de rappel aux réalités contemporaines pour les politiques concernant les effets de la mondialisation pour l'économie , le commerce ou les mouvements de populations .

Le candidat Trump a dit sa défiance à l'égard de l'OTAN et considère , comme la plupart des américains , que cette organisation n'est qu'un problème européen . On risque donc de sa part un désengagement des USA par rapport à cette Alliance Atlantique . Cela aura un effet négatif évident mais peut avoir aussi un effet positif en obligeant les Européens à se prendre en charge en matière de Défense ou de géostratégie et ne plus simplement compter sur le "grand frère" d'outre atlantique et l"assurance tous risques" qu'il fournit .

J'aurai l'occasion très prochainement de me rendre à Washington pour rencontrer la nouvelle Administration et échanger sur ses projets .
 
<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 2 de 52
Copyright 2008 © Gilbert le Bris - Conception & hébergement icomme - Mentions légales