Accueil Blog notes

Les turpitudes de l’UMP ne concernent que l’UMP
Jeudi, 13 Mars 2014 14:04
Empêtrée dans différents dossiers qui mettent en cause plusieurs de ses responsables et notamment des personnalités du quinquennat précédent, l’UMP tente d’entrainer dans sa tourmente l’ensemble des institutions : le président de la République, l’institution judiciaire et la Garde des Sceaux elle-même, et maintenant le Parlement en demandant une session extraordinaire.

L’UMP crie à la persécution alors que cela fait huit jours que ce parti sature l’espace public de ses affaires. La manœuvre de M. Copé est grossière. En s’en prenant, comme à chaque fois que l’un des siens est concerné par une enquête judiciaire, à l’indépendance des magistrats, l’UMP porte gravement atteinte à la République.

Le Premier ministre a apporté hier soir toutes les explications nécessaires sur la procédure en cours. Il a rappelé aux mauvais élèves de la République que sont les responsables de l’UMP que le président de la République n’a pas à être pris à partie dans une procédure judiciaire car il est le garant de l’indépendance de la justice. Ces tentatives vaines de déstabilisations irresponsables doivent cesser.

En demandant au président de la République d’intervenir dans une affaire judiciaire en cours, l’UMP confirme que sa pratique des institutions est d’abord celle de l‘intrusion permanente dans l’exercice de la justice, celle de la confusion des pouvoirs.

Finalement ce que l’UMP ne parvient pas à concevoir, c’est qu’un président de la République et un gouvernement puissent respecter l’indépendance de la justice. C’en est effectivement fini de l’interférence du pouvoir politique dans les affaires de justice. Il est plus que temps que l’UMP respecte les principes intangibles de la séparation des pouvoirs.

Nul ne peut arguer de ses propres turpitudes, sauf l'UMP.
 
Des mesures pour les pêcheurs français face aux intempéries
Mercredi, 26 Février 2014 08:32
pechedefLe ministre des Transports, de la Mer et de la Pêche Frédéric CUVILLIER a reçu une délégation élargie du Comité national des pêches maritimes et des élevages marins (CNPMEM), représentant les différentes façades maritimes.
Les débats ont porté sur la situation des entreprises suite aux intempéries qui ont frappé de manière exceptionnelle les côtes françaises, et sur l’avenir de la filière pêche française dans le cadre de la mise en œuvre de la réforme de la politique commune de la pêche (PCP).
À court terme, les modalités concernant le report des cotisations sociales ont été précisées. La date de paiement du dernier trimestre 2013 est ainsi reportée du 5 mars au 5 juin. Les émissions des cotisations sociales du 1er et 2ème trimestre 2014 sont, quant à elles, décalées respectivement de 2 mois et de 1 mois. Par ailleurs, en cas de difficultés financières, le professionnel de la pêche pourra également étaler le paiement de ces cotisations dans le temps, avec une remise gracieuse des intérêts moratoires.
À titre exceptionnel, pour les situations les plus difficiles, notamment pour les entreprises de pêche ayant subi un impact économique significatif en raison des conditions climatiques exceptionnelles, sur demande justifiée, une remise gracieuse du paiement des cotisations sociales, patronales et salariales sera accordée, avec une attention particulière pour la pêche côtière et la petite pêche. 
À plus long terme, les travaux débuteront pour faire face à ce type de situation et une initiative européenne sera prise par la France, en consultation avec ses principaux partenaires, pour permettre des indemnisations en cas de fortes intempéries, une  réflexion autour du fonds de mutualisation, adopté dans le cadre du fonds européen des affaires maritimes et de la pêche (FEAMP), sera menée, et les travaux sur la mise en place d’un régime d’activité partielle dans le secteur de la pêche seront approfondis pour faire face à l’irrégularité de l’activité qui pose des difficultés pour assurer des revenus réguliers.

Enfin, le ministre a présenté la mission qui portera sur les conditions du renouvellement de la flotte de pêche française et les modalités de transmission des entreprises de pêche françaises.

 
Immigration : les Socialistes assurent un avenir meilleur aux travailleurs saisonniers
Mercredi, 05 Février 2014 18:14

Les Socialistes européens ont remporté aujourd'hui un vote clé sur une série de dispositions concernant les migrants rejoignant l'Europe en tant que travailleurs saisonniers et leur assurant des droits équivalents et un salaire égal à celui des travailleurs locaux.

On estime à plus de 100 000 le nombre de travailleurs saisonniers venant chaque année en Europe, principalement dans les secteurs de l'agriculture et du tourisme. Nombre d'entre eux sont maltraités par leurs employeurs avec des heures de travail interminables et sont exploités aux dépens des travailleurs locaux.

Les nouvelles règles adoptées permettront aux travailleurs saisonniers de venir avec un permis de travail d'un maximum de 9 mois et devront pouvoir disposer d'un logement et de conditions de vie adéquates. Durant cette période, le travailleur saisonnier devra bénéficier des mêmes droits sociaux, rémunérations et obligations que tout autre travailleur européen, y compris le droit de changer de patron et d'emploi.

cette directive permet  une approche positive de l'immigration régulière. Dans le même temps, l'Union européenne a besoin de montrer un plus grand engagement à s'attaquer aux problèmes qui poussent les personnes à quitter leurs pays et à migrer.


 
LA GESTION EXEMPLAIRE DE LA GAUCHE
Jeudi, 23 Janvier 2014 08:43
La baisse de 12 Md€ du déficit budgétaire de l’Etat, malgré une conjoncture économique défavorable depuis 2011, confirme la capacité du gouvernement et de la  majorité à redresser les finances publiques.
C’est la gestion exemplaire de l’Etat qui a permis cette amélioration : 3,4 Md€ d’économies supplémentaires ont été réalisées par rapport aux prévisions de la loi de finances initiale. La même tendance touche la sécurité sociale. C’est la preuve qu’il est possible de réduire la dépense publique sans démolir notre modèle social.
Autre signe encourageant, la charge de la dette est inférieure de 2 Md€ par rapport à ce qui était prévu. La politique de sérieux budgétaire menée par le gouvernement donne confiance aux investisseurs et permet de préserver la souveraineté de la France et la crédibilité de sa signature.  
Quant aux recettes fiscales, leur légère baisse au regard de la loi de finances rectificative, résulte des impôts prélevés sur les revenus et résultats constatés en 2012. La France doit ainsi s’acquitter encore de la facture de la politique de l’ancienne majorité qui a eu pour effet de détériorer massivement la compétitivité des entreprises et les revenus des Français. 
Il y a donc urgence à la mise en place du Pacte de responsabilité annoncé par le Président de la République pour redonner des marges de manœuvre à nos entreprises et booster la reprise. L’investissement et l’emploi sont les clés de l’équilibre budgétaire au même titre que la réduction des dépenses.
 
Projet de loi sur les activités privées de protection des navires
Vendredi, 03 Janvier 2014 17:48
Vendredi 3 janvier, le ministre Cuvillier a présenté en Conseil des ministres un projet de loi relatif aux activités privées de protection des navires.
Je ne peux que me réjouir de l’annonce de ce projet de loi. En effet, depuis de nombreuses années, je suis intervenu en ce sens et notamment lorsqu’il s’agissait d’agir pour la protection contre la piraterie dans l'océan Indien.
L’objectif affirmé est donc celui de garantir la sécurité des navires confrontés au risque d'attaques de pirates sur certaines mers du globe. Il s'inscrit également dans la volonté de renforcement de la compétitivité du pavillon français et du transport maritime. En effet, la France était l'un des derniers pays européens à ne pas avoir autorisé la protection de navires par des entreprises privées.
Outre les conséquences physiques ou psychologiques sur les marins, la piraterie a des conséquences économiques lourdes pour les armateurs, évaluées entre 7 et 12 milliards de dollars chaque année au niveau mondial.
L'Etat met déjà à disposition des navires français des personnels militaires de la marine nationale, dont l'efficacité est saluée par les armateurs. Mais la marine nationale ne peut répondre à toutes les demandes. Celles-ci peuvent notamment se heurter à des difficultés logistiques ou des considérations diplomatiques.
En cohérence avec les lignes directrices établies au niveau international, le projet de loi définit un encadrement très strict de l'activité privée de protection des navires. Ainsi un agrément sera requis pour les entreprises et les personnels devront être titulaires d'une carte professionnelle, après vérification de critères de moralité et de compétence.
Le projet de loi précise également les conditions d'armement, les exigences de traçabilité des différentes actions et les conditions dans lesquelles il pourra être fait usage de la force, qui sera limité aux cas de légitime défense. Il précise, enfin, les conditions du contrôle de cette activité et définit les peines associées aux différentes infractions.
C’est une avancée majeure garante de sécurité et de compétitivité pour le transport maritime français.
 
<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 9 de 52
Copyright 2008 © Gilbert le Bris - Conception & hébergement icomme - Mentions légales