Retour de Turquie
Vendredi, 25 Novembre 2016 17:00

turquie_2016C'est à Istanbul que se tenait le week-end dernier l'Assemblée Générale annuelle de l'Assemblée Parlementaire de l'OTAN.

Outre les processus habituels de désignation des responsables à différents postes (je reste Président de la commission en charge de la Méditerranée - Moyen Orient), nous avons eu l'occasion de plusieurs entretiens avec nombre de décideurs.

A la tête de la délégation française j'ai présidé une rencontre avec notre ambassadeur Charles Fries et organisé une rencontre bilatérale avec les allemands pour honorer mon homologue Karl Lamers.

Le Président de la République de Turquie, M Recep Tayyip Erdogan, et le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg se sont adressés à l'ensemble des délégués en séance plénière.

Lors des réunions j'ai utilisé, au nom de la France, les éléments de procédure pour refuser que le nombre de délégués pour la Turquie soit porté de 12 à 18.

En effet il m'apparaissait que ce n'était ni le lieu (chez eux !) ni le moment (La Turquie étant dans une phase de durcissement après la tentative de coup d'état de juillet de cette année !) pour accepter cette augmentation. J'ajoutais qu'un rapport devrait être présenté, lors d'une prochaine session, pour que les critères servant à fixer la représentation des Etats membres soient revus. Aux éléments taille de population et clé budgétaire de l'OTAN, il faudrait rajouter l'effort de Défense, le "partage du fardeau" comme l'on dit Outre-Atlantique.

Après bien des débats, et quasiment seule contre tous, la France a obtenu totale satisfaction !

 
Elections présidentielles américaines
Jeudi, 10 Novembre 2016 14:40
Communiqué de Gilbert Le Bris , Député , Président de la délégation française à l'AP OTAN .

La victoire de Donald Trump aux USA est une entrée dans l'inconnu .

Ce vote populaire , qui n'implique aucune contestation , est un véritable "pied de nez" aux "installés" ( establishment , pouvoirs publics , médias...). C'est aussi un vote de rappel aux réalités contemporaines pour les politiques concernant les effets de la mondialisation pour l'économie , le commerce ou les mouvements de populations .

Le candidat Trump a dit sa défiance à l'égard de l'OTAN et considère , comme la plupart des américains , que cette organisation n'est qu'un problème européen . On risque donc de sa part un désengagement des USA par rapport à cette Alliance Atlantique . Cela aura un effet négatif évident mais peut avoir aussi un effet positif en obligeant les Européens à se prendre en charge en matière de Défense ou de géostratégie et ne plus simplement compter sur le "grand frère" d'outre atlantique et l"assurance tous risques" qu'il fournit .

J'aurai l'occasion très prochainement de me rendre à Washington pour rencontrer la nouvelle Administration et échanger sur ses projets .
 
Fete de La Rose 2016
Mercredi, 09 Novembre 2016 07:38

 

img_1603La traditionnelle et conviviale Fête de la Rose de la 8e circonscription s'est déroulée dimanche 6 novembre à Trémeven, voici mon intervention à cette occasion :

"Tout commence en Ville-Close

Ainsi devrais-je présenter la chose

Si c’est du parcours de ma vie

Que je vous invitais au suivi.

 

Mais ici c’est parler de nous

Et de notre chemin commun auquel je me résous

Car si l’on veut se projeter dans l’avenir

Il faut savoir du passé se souvenir.

 

C’est à Colombo, pays Sri Lanka

Qu’une lettre a symbolisé ma baraka

Louis Le Pensec en me consultant

Me proposait d’être son assistant.

 

Ni texto ni fax il fallait un peu de temps

Pour répondre à cette belle offre de printemps

Mais dès l’automne j’étais à sa disposition

Après un choix enthousiaste et sur intuition.

 

Car je connaissais peu alors le député prometteur

Qui, de ma carrière, allait être le détonateur

Sauf pour l’avoir vu une fois dans notre section

Où il était venu répondre à nos questions.

 

Très vite j’ai connu et apprécié

Louis, Colette et Raymond

Qui à leurs travaux m’ont associé

Sans jamais me faire de sermon.

 

Car si Louis a été mon mentor

C’est à l’équipe qu’il a voulu que je m’incorpore

Montrant ainsi qu’en politique on n’agit pas seul

Mais en s’appuyant sur ce que les militants veulent.

 

Bien sûr j’ai pris mon propre envol local

Car les Concarnois m’ont honoré d’un vote amical

Mais cela relève d’une autre histoire

Dont je narrerai un jour les victoires.

 

Revenons à la politique circonscriptionnelle

Où, je peux vous le dire de façon confidentielle,

Louis ne m’a pas seulement offert un siège

Mais il m’a fait de son amitié le privilège.

 

C’est là que je veux mettre en exergue une notion

Aussi utile dans la fonction que dans toute situation

Elle a pour nom loyauté

Et fait partie de nos dignités.

 

A tout moment à l’égard de Louis

Jamais je n’ai failli

Et lui était toujours là pour moi

Quand dans ma vie ce n’était pas la joie.

 

Si je ne soutiens plus l’action de Montebourg

Après l’avoir suivi dans son parcours

C’est que, devenu ministre par la grâce de Hollande

Il n’a eu de cesse de renier cette offrande.

 

A peine nommé le voilà en constante guérilla

Et même s’il y mettait beaucoup de maestria

Il devait comprendre que des critique leader du championnat

Il se rendait coupable envers notre camp d’assassinat.

 

Je veux vous dire à quel point les frondeurs

Soi disant de nos dérives les pourfendeurs

Pour les uns d’un portefeuille les quémandeurs

Pour les autres engoncés dans leur raideur

Tous de notre échec les demandeurs

Chacun de son petit ego le plaideur

Certains avec beaucoup de lourdeur

Ont entraîné notre parti sans aucune pudeur

Vers la chute de sa grandeur

Comme nous le disent les sondeurs !

 

Ils sont de notre rejet les ambassadeurs

De notre popularité les bradeurs

De notre solidarité les galvaudeurs

De notre idéologie les descendeurs

Que notre parti soit à leur égard sans tiédeur

Quand pour leur candidature ils seront marchandeurs !

N’oublions jamais qui nous a fait roi

Les députés le deviennent dans la foulée du président

Leurs programmes copient le sien de surcroit

Alors ne prenons pas la posture du dissident.

 

Mais lorsqu’on a fait preuve de loyauté

Et qu’une autre élection se profile

On n’est pas tenu à une aveugle fidélité

Si l’on juge que le chef a été malhabile.

 

Osant donner un conseil à François

Au moment où il décide pour sa candidature

Je lui dis qu’il manquera bien des voix

Car entre le peuple et lui il y a une fracture.

 

Il devrait donc se dispenser d’un échec

D’autant que d’autres peuvent porter nos idées

Et que pour les français plus que le compte-chèques

C’est son image qu’il a dilapidé.

 

J’ai détesté de Sarkozy le bling bling

Je n’aime pas de Hollande le bla bla

Heureusement Nicolas a perdu son standing

Mais François aurait pu nous dispenser de cela

 

L’ancien Président au service des riches 

Avait recréé une oligarchie

Le nôtre qui trop s’affiche

A inventé le médiagâchis

 

S’il y a atteinte à sa stature

C’est que durant cette législature

Il a trop confié aux médias

L’essentiel de ses sentiments immédiats.

 

On reconnait tous ses qualités

Il a toujours fait preuve de moralité

En politique étrangère on loue sa sagacité

En France il assure notre sécurité

 

Des réformes essentielles ont été assurées

Pour nous inclure dans la modernité

Il a prôné la normalité

Qui était une forme d’humilité

Et qu’il a pratiqué avec sincérité.

 

La lutte contre la précarité

A été évidemment sa priorité

Il a fait de l’éducation, avec lucidité

Le vecteur de lutte contre les inégalités

 

Pourquoi donc a-t-il perdu sa popularité ?

Sans doute à cause d’excessives rivalités

Sûrement par des promesses trop répétées

Et dont les français ne voyaient pas la réalité

 

Mais ce qui plus que tout a désappointé

C’est cette presse qu’il a alimenté

Lui le dirigeant expérimenté

Par des propos qui ont déconcerté

Et que tous ont exploité

En démontrant sa naïveté !

 

Donc je soutiendrai le candidat de notre parti

Avec ferveur je vous le garantis

Mais si le Président n’y va pas

Je trouverai ça plutôt sympa.

 

Pour valoriser nos idées social démocrates

Il en est un à qui je donnerai bien mon aval

Surtout qu’il n’est en rien un technocrate

Ma raison pencherait pour Manuel Vall(s)

 

Quel qu’il soit je défendrai avec acharnement

Celui qui, par notre parti, sera choisi

Car face à une droite en plein déchaînement

Il faudra que la gauche se soit ressaisie

 

A Droite on se bat pour les primaires

Et ce n’est pas une promenade balnéaire

C’est à qui sera le plus antisocial

Rendant le choix des français crucial.

 

Que tous ceux qui pourfendent la gauche

Se demandent quelles chimères ils chevauchent

Car ce n’est pas tout de vouloir nous remplacer

Il faut anticiper quels seront les excès

 

La loi travail sera mise en déchéance

Et remplacée par une liberté patronale absolue

Qui démontrera la perte d’une chance 

Pour ceux qui n’en ont pas voulu.

 

35h et autres lois sociales

Feront les frais d’une Droite partiale

Et des syndicats regretteront sûrement

D’avoir attaqué les socialistes aveuglément.

 

D’une réforme des syndicats

Je me fais d’ailleurs l’avocat

Pour qu’ils se remettent en question

A l’heure de l’inévitable mondialisation.

 

Mais c’est aussi notre vouloir vivre ensemble

Qui sera remis en cause je le redoute

Par la négation de ce qui nous rassemble

Et cette laïcité attaquée sans doute.

 

L’identité est un thème contemporain

Et par les programmes reviendra sur le terrain

Abordons-le sans naïveté

Mais sans considérer que c’est banalité

 

Si l’on regarde le droit d’asile

Il est utilisé pour ceux qui s’exilent

Mais qu’il ne soit pas une idéalisation

Pour tous ceux qui cherchent l’immigration

 

La convention de Genève est de 1951

Et la modifier serait opportun

Car nous ne sommes plus en ce temps de naguère

Marqué par la période d’après guerre.

 

Aujourd’hui on se déplace facilement

Et entrer en Europe commodément

Se fait plus que de raison

Comme si de tous les maux c’était la guérison.

 

Schengen était une idée logique

Qui, faute d’une attitude énergique

A pris la triste forme démagogique

D’une entrée liée aux conditions météorologiques

 

Mettons de l’humanité au sein du processus

Refusons tout numerus clausus

Mais l’accueil ne peut être sans limite

Et il faut que ses priorités l’Europe délimite.

 

Le monde actuel est instable

Et les certitudes d’autrefois sont friables

La guerre froide est derrière nous

Mais la planète ne manque pas de remous.

 

Aux USA c’est avec hystérie

Que Trump veut le scalp d’Hilarie

Mais son discours méchant détonne

Et espérons qu’il ne battra pas Clinton

 

La Russie a retrouvé avec Poutine

L’envie de conquête auquel il la destine

Il faut à son égard fermeté et dialogue

Pour contrer sa dérive de démagogue.

 

Quant à Daech c’est à Mossoul

Qu’il sent monter cette houle

Qui anéantira ses délires

Et verra sa cruauté l’ensevelir

 

L’Europe est malheureusement une déception

Echec pour ce qui est de notre protection

Et incapacité à s’occuper de nos problèmes

Alors même qu’on en avait fait un emblème !

 

Voilà mes chers amis je vous ai servi

Sur quelques dossiers mon avis

Le monde nous rend bien soucieux

Et être de gauche est judicieux.

 

A vous militants nous sommes redevables

Car votre travail rend la victoire possible

Et si la défaite est inconcevable

C’est qu’avec vous nos idées sont compréhensibles.

 

Non seulement vous êtes là pour tracts et affiches

Mais vous portez nos idéologies 

Sans être le moins du monde des potiches

Ni vous complaire dans la nostalgie.

 

Je veux vous dire toute ma gratitude

Car c’est de vous que l’on tire la force

D’agir pour notre parti sans lassitude

Et, ensemble, de la développer on s’efforce.

 

J’avais annoncé de parlementaire mon arrêt

Mais bien sûr je suivrai la suite avec intérêt

Les militants vont devoir s’enquérir

Du champion qui pour eux va concourir

 

Ils sont libres bien sûr de leur choix

Et rien ne troublera leur libre arbitre

Mais il en est un en qui je crois

Et qui serait parfait pour remporter le titre

 

D’abord il a su gagner Quimperlé

Et de cette victoire il est auréolé

Normal car ses qualités sont réelles

Vous l’avez reconnu c’est Quernez Michaël

 

Qu’on ne nous parle pas de cumul

Car pour en sortir il y a une formule :

Pour la circonscription ce sera vraiment une chance

Et sa ville gardera un élu d’importance

 

Nous saurons en faire un vainqueur

Et sans que quiconque n’en tire rancœur 

Quand par nous il sera porté

Nous bénéficierons d’un élu expérimenté.

 

Voilà il est temps pour moi de conclure

Car pour quelques rimes tentées je me sens Cyrano

Alors que je ne suis pas digne d’être sa doublure

Même si j’ai plaisir à prendre ce créneau.

 

J’ai réussi à lire mes pattes de mouche

Que sur le papier je couche

J’ai un peu peur que cela débouche

Sur le fait qu’à la fin de l’envoi… je louche !

 

C’est vrai que je n’ai pas improvisé

Contrairement à mon habitude

Et si dans cet art j’ai été malavisé

Cela confirmera mon inaptitude.

 

Excusez-moi d’oser ces quelques vers

Sur lesquels mes poètes auront un jugement sévère

Mais dans la dernière année de mandat

On ne peut pas faire un discours lambda

 

J’ai conscience d’être loin de la poésie

Et pour vous faire un au revoir

De tels vers… vides ne sont que fantaisie

Dans lesquels on ne trouve pas à boire.

 

Mais rassurez-vous le jour viendra

Où on fêtera une victoire et un départ

Alors moult boissons il faudra

Pour que chacun en ait sa part.

 

Je vous remercie de votre attention

Et quitte à en faire répétition

J’ai vraiment aimé votre soutien

Et c’est ce bonheur que je retiens."

 

Fête de la Rose – Tréméven

6 novembre 2016

Gilbert LE BRIS

Député

img_1607

 
Copyright 2008 © Gilbert le Bris - Conception & hébergement icomme - Mentions légales