Je vote Macron au second tour
Lundi, 24 Avril 2017 11:35

Dès la fin de la «primaire» j’avais défini ma position à l’égard du candidat B. Hamon : «un soutien passif».
Le soutien parce que mon parti et ses militant(e)s, celles et eux qui, en tous temps, m’ont été fidèles, encouragé, appuyé, avaient fait leur choix et que je devais le respecter d’autant que leur engagement et dévouement inlassables forcent l’admiration.
Passif car ni la personnalité ni le programme de notre candidat n’étaient en harmonie avec mes propres valeurs. Durant toute la campagne je n’ai pas dit un mot, pas une phrase, pas une expression contre notre candidat ou en faveur d’un autre.
Je n’ai pas dit de mal mais je n’en pensais pas que du bien.
Le résultat est malheureusement conforme à ce que je craignais, depuis le départ, et que n’a fait qu’amplifier le type de campagne menée.
Aujourd’hui je me prononce pour E. Macron et l’heure n’est vraiment ni aux tergiversations, ni aux contorsions verbales, ni aux "pudeurs de gazelle" !
L’extrême droite et son cortège d’exclusions, de replis, de rejets est aux portes du pouvoir ! Cette montée régulière du Front National nous interroge d’ailleurs tous et est aussi une demande de détermination, de réalisme, de fermeté, adressée aux partis dits «classiques» qui peinent à s’adapter au monde du 21e siècle.
Le scrutin du 23 avril 2017 est déjà riche d’enseignements et j’en résume quelques-uns :
-    L’ère des «primaires», au moins celles dites «ouvertes», est désormais terminée.
-    Le parti socialiste, le parti «Les Républicains», vont traverser une zone de turbulences dont ils peuvent sortir ou exsangues ou renforcés selon les options qu’ils prendront dans l’indispensable clarification.
-    Les positions politiques ont tendance à s’exacerber et les animosités à s’intensifier.
Chacun prétend représenter «la vraie gauche», être le représentant des «patriotes» ou parler au nom du «peuple» et veut repousser tout ce qui n’est pas semblable.
Attention à de telles dérives qui font passer de l’intolérance à l’exclusion puis du rejet à la haine !

Le 2e tour où je voterai donc Macron sera suivi des législatives où j’appuierai fortement Michaël Quernez.

En effet au moment où notre politique nationale est en recherche d’un nouvel équilibre, il nous faut, localement, choisir un député de valeur, compétent et responsable, autant de qualités reconnues à Michaël !

 
Des lycéens de Concarneau touchés par l'attentat à Londres
Jeudi, 23 Mars 2017 12:03
Le lycée Saint Joseph de Concarneau avait organisé un voyage scolaire à Londres. Hier , sur le pont de Westminster, un attentat à la voiture a touché dans leur chair et leur esprit ces élèves.
Trois d'entre eux (Thomas , Victor , et Yann ) ont été gravement blessés et, heureusement, dès hier soir, on apprenait que leur vie n'était pas en danger.
Mes pensées de soutien et sympathie vont vers ces jeunes, leurs familles et toute la communauté éducative.
Immobilisé par la rupture de mon tendon d'Achille je ne peux pas me rendre dans l'établissement scolaire mais je pense fortement à eux et me tiens informé de l'évolution de la situation.
J'ai été immédiatement contacté par les médias , radios et télévisions. Les chaînes d'information en continu veulent, et c'est légitime , en savoir le plus possible instantanément. Je me suis par contre refusé aux invitations à parler " parce qu'il faut que quelqu'un dise quelque chose !". Ma conception est que, dans ces circonstances, on communique lorsqu'on a quelque chose à dire ou une information nouvelle à faire connaître.
Les pouvoirs publics ont bien et immédiatement réagi et c'est ainsi qu'un avion a été mis à disposition pour que les familles puissent se rendre auprès de leurs proches.
Je connais bien les lieux concernés pour avoir souvent eu des réunions à Westminster, dans le cadre de mes responsabilités nationales. J'exprime aussi ma compassion et mon soutien à mes collègues et au peuple anglais frappé par ce terrorisme.
" On se rend compte que cela aurait pu arriver à chacun d'entre nous !" entendait-on parmi les jeunes . Oui le terrorisme peut frapper, à tout moment et en tous lieux, chacun d'entre nous. J'ai une pensée émue aussi pour une autre jeune de Concarneau, Estelle Rouat, tuée lors de l'attaque du 13/11/2015 au Bataclan.
Il nous faut rester unis et mobilisés.
Nos sociétés sont fortes mais vulnérables.
Chacun doit avoir conscience que seule une attitude déterminée, sans la moindre faiblesse, solidaire et internationale, pourra lutter efficacement contre ce terrorisme aveugle, inexcusable et lâche, véritable fléau du monde contemporain .
 
Dommage collatéral
Mardi, 07 Février 2017 11:38
J'ai participé samedi dernier à un match amical et de solidarité avec la commune de Clohars-Carnoët pour s'opposer au départ de l'agence bancaire CMB locale. Au delà de ce cas particulier c'est d'ailleurs l'avenir des communes en termes de services et prestations à la population qui se pose .
Très bonne ambiance pour cette excellente initiative municipale qui mélangeait le ludique et le sérieux.
Malheureusement le match s'est assez rapidement achevé pour moi à la suite d'une rupture du tendon d'Achille.
Pris en charge par de sympathiques professionnels médicaux qui participaient au match puis par les urgences hospitalières, je me retrouve maintenant immobilisé pour un mois avec la jambe entièrement plâtrée de haut en bas.
Ensuite suivront 3 autres semaines de plâtre de la cheville au genou puis de la kinésithérapie.
Il me faut désormais mettre en oeuvre la trilogie classique pour supporter une telle période : Patience, Prudence, Persévérance.
 
Soutien passif
Mardi, 31 Janvier 2017 14:12

J’ai défendu Manuel Valls, c’est Benoit Hamon qui a gagné. Ma position dans la présidentielle sera désormais celle d’un soutien passif.

Soutien : car notre candidat a été choisi clairement au terme d’une primaire régulière. Il est donc désormais celui qui va porter les couleurs du Parti Socialiste qui est ma famille politique depuis plus de 40 ans. Je suis loyal à cette famille.

Passif : car je ne ferai pas une campagne active sur des propositions que je n’approuve pas. Je ne les dénigrerai pas non plus car elles sont celles de celui qui va incarner les socialistes durant la campagne électorale. Je n’irai pas sur des estrades pour défendre ce à quoi je ne crois pas mais je ne m’interdirai pas d’être dans une salle où d’autres exposeront le programme présidentiel de Benoit Hamon.

En fait j’adopterai la même position qu’au moment des débats de 2005 sur le Traité Européen. J’avais défendu le non mais quand mon parti a choisi le oui je me suis abstenu de tout commentaire négatif comme de toute promotion d’une approbation que les électeurs français ont, eux aussi, d’ailleurs rejeté !

Ce n’est pas la première fois que ma famille politique, le PS, traverse une crise. Ma position, comme toujours, sera loyauté, fidélité et liberté !

Et ensuite, aux législatives, je ferai un soutien actif, fort et convaincu au remarquable candidat, et député je l’espère, que sera Michaël Quernez.

 
Copyright 2008 © Gilbert le Bris - Conception & hébergement icomme - Mentions légales